Jusqu’à quand Éternel ?

Je crois qu’on peut trouver un Psaume pour chacune des situations qu’on traverse. Dans ce texte qui est un peu comme une étude biblique, je parlerai du Psaume 13 de David.

On ignore dans quelles circonstances David a écrit ce Psaume mais je suis certain que beaucoup parmi nous se sont une fois retrouvés dans un état similaire à celui David alors qu’il écrivait ce Psaume. Je vous invite donc à décortiquer ce Psaume verset par verset avec moi.

«Au chef des chantres. Psaume de David. Jusques à quand, Éternel! M’oublieras-tu sans cesse? Jusques à quand me cacherais-tu ta face » Psaumes 13:1-2

Avez-vous déjà vécu une situation opiniâtre ? Avez-vous déjà pensé que Dieu a oublié votre cas? David avait le même sentiment ici. On peut aisément imaginer que la situation dont se plaint David a persisté longtemps . Le temps, voilà bien quelque chose que nous humains ne maîtrisons pas. Salomon, fils de David parlant du temps pouvait dire dans Écclesiaste 3:1 LSG « Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux ». C’est donc normal que nous ayons des périodes plus joyeuses et d’autres plus sombres. Cependant quand tout va bien, on ne voit pas passer le temps, mais quand tout va mal, il nous semble si long. On aimerait souvent revenir en arrière pour mieux faire certaines choses. On aimerait aussi pouvoir voir ce que sera demain.

Ce manque de contrôle que nous pouvons avoir face au temps peut créer de la frustration et de la peur surtout quand tout semble aller dans la mauvaise direction. Je crois qu’au fur et à mesure que le temps passait sans que sa situation ne s’améliore, David devenait de plus en plus désespéré. Il était peut-être dans une situation ou tout allait de mal en pire. Peut-être même qu’il pleurait ou qu’il criait en faisant ces déclarations. Dieu m’a t’il abandonné, m’a t’il oublié se disait-il sans doute. David était tellement désespéré qu’il lui semblait que Dieu lui avait caché sa face. Ne pas avoir accès à la face de Dieu, signifie ne plus avoir accès à sa bénédiction.Cela aussi signifie que pour David, il y avait une fissure dans sa relation avec Dieu

Pour comprendre cela, regardons un peu comment Moise a béni le peuple d’Israël dans Nombres 6:24 à 26 LSG « Que l’Eternel te bénisse, et qu’il te garde! Que l’Eternel fasse luire sa face sur toi, et qu’il t’accorde sa grâce! Que l’Eternel tourne sa face vers toi, et qu’il te donne la paix! » On peut donc légitimement penser que pour David, la bénédiction n’était plus là, elle n’était plus disponible. Pensait-il que Dieu était en colère contre lui? Je ne sais pas si c’est le cas pour vous, mais moi Il m’est arrivé aussi de me poser des questions similaires. Il m’est arrivé de pleurer en me demandant où était mon Dieu, parce que je me sentais acculé, je me sentais faible. Bref, j’imagine très bien l’état dans lequel David se trouvait.

Pour l’instant continuons à décortiquer le Psaumes 13 en nous intéressant maintenant aux versets suivants.

«Jusques à quand aurai-je des soucis dans mon âme, Et chaque jour des chagrins dans mon cœur? Jusques à quand mon ennemi s’élèvera-t-il contre moi?» Psaumes 13:3 LSG

Imaginez-vous que vous vous réveillez chaque matin en espérant voir votre situation s’améliorer et qu’à la fin de chaque journée, rien ne se passse ou que tout empir. Il s’agit peut-être d’une dette, de la maladie d’un proche ou de vous-même. C’est peut-être le chômage, la stérilité, le célibat ou même l’echec à répétition. David vivait quelque chose de similaire. Le verset nous donne plus d’indication en faisant mention d’un ennemi qui était la source de l’affliction de David. On sait qu’ au cours de sa vie, David a eu plusieurs ennemis. Il peut être question de Saül, du Roi d’une autre nation ou même de son fils Absalon. Une chose est certaine, cette situation occupait constamment les pensées du Psalmiste. Ah les pensées, voilà l’endroit où se livre toute la bataille en ces moments difficiles. Ce sont des pensées que naissent entre autres la dépression qui n’est rien d’autre qu’une suite d’oppressions démoniaques au niveau des pensées. Je crois que David, ce grand héros que nous connaissons et admirons tous, a connu aussi un épisode dépressif. La dépression est quelque chose de très présent mais aussi très banalisé. C’est parfois pris pour un signe de faiblesse. Le plus difficile avec la dépression c’est qu’elle n’est pas toujours facilement détectable pour les autres dans la vie du déprimé. En effet, tous les sourires ne transportent pas forcément la joie, tous les « je vais bien » donnés en réponse à « comment vas-tu ? » ne sont pas toujours des retranscriptions de la vérité. Nous verrons à la fin de l’étude de ce psaume que la dépression n’est pas une fatalité et qu’il y a eu à part David, d’autres personnes emblématiques dans la Bible qui ont connu cela. Continuons notre étude avec les prochains versets

« Regarde, réponds-moi, Éternel, mon Dieu! Donne à mes yeux la clarté, Afin que je ne m’endorme pas du sommeil de la mort, Afin que mon ennemi ne dise pas: Je l’ai vaincu! Et que mes adversaires ne se réjouissent pas, si je chancelle. » Psaumes 13:4 à 5 LSG

Nous avons vu dans les autres versets que David semblait désespéré , voir déprimé. On a vu qu’il pensait que Dieu l’avait oublié, que la bénédiction de l’Eternel était loin de lui. Malgré ce désespoir apparent, David comme s’il abattait ses dernières cartes s’en remet encore à Dieu. Il lui restait comme un soupçon de foi. Malgré tout le désarois qu’on peut voir dans les questions précédentes, David espérait toujours au fond de lui que Dieu lui réponde. Pour moi, il ne discernait pas la reponse de Dieu, à cause de sa tristesse et de l’état abattu de son âme. Toutefois, au fond de lui c’est cette reponse qu’il désirait plus que tout. Dieu dans ce moment lui semblait peut-être loin, mais la seule issue pour lui ne pouvait venir que de L’Éternel. Rien d’autre ne pouvait le satisfaire. La ponctuation du début de ce verset peut suggérer que c’etait un cris que David venait de pousser: « Regarde, réponds-moi, Éternel, mon Dieu! ». Un cris comme pour dire « réponds-moi Seigneur, sinon je suis perdu! ». Ce cris de David est suivi d’un besoin de clarté qu’il exprime. Il veut pourvoir dorénavant mieux comprendre Dieu, comprendre comment il fonctionne afin de ne plus tergiverser de la sorte. Il avait besoin de cette compréhension de Dieu afin que sa foi reste ferme. La suite quant a elle, peut sembler déconcertante: « Afin que je ne m’endorme pas du sommeil de la mort ». Je crois que David en avait vraiment assez. Il en avait assez de la charge des difficultés. Assez de l’angoisse que lui procurait sa situation. Si Dieu ne vient pas à son secours, il vaut peut-être mieux mourir. Vous savez, il arrive des situations qui peuvent parfois envoyer l’enfant de Dieu a penser que la mort pourrait être une bonne issue. Cependant, je ne crois pas que David pensait au suicide. Je crois qu’il espérait juste que la mort ne soit le seul échappatoire à sa misère. Ce sentiment se retrouve chez nombreux parmi nous dans les moments compliqués sous le soleil et cela est lié à l’âme qui est abattue.

Le verset 4 nous en dit plus sur ce a quoi David faisait allusion : « Afin que mon ennemi ne dise pas: Je l’ai vaincu! Et que mes adversaires ne se réjouissent pas, si je chancelle ». Pour David, si Dieu ne venait pas à son secours,la mort serait peut-être la seule issue car sans ce secours il serait livré aux railleries de ses adversaires. Avez-vous déjà dit à Dieu, Père si cette situation perdure, que diront mes ennemis ? Lui avez-vous déjà demandé pourquoi ceux qui ne le connaissent pas prospèrent et vous, vous ramez? Avez-vous déjà ressenti en vous ce sentiment d’injustice en face des autres? Pourquoi eux et pas vous? Je crois que David était confronté à quelque chose de similaire en face de ses adversaires voilà pourquoi la mort pouvait passer pour une issue.

Comment David a pu donc s’en sortir ? Le dernier verset repond à cette question.

« Moi, j’ai confiance en ta bonté, J’ai de l’allégresse dans le cœur, à cause de ton salut; Je chante à l’Éternel, car il m’a fait du bien.» Psaumes 13:6 LSG

La fin de ce Psaume peut sembler n’avoir aucun lien avec les versets précédents. En effet, les versets précédents presentent un homme qui semble perdu, triste voir déprimer. On a vu dans ces versets un homme qui pensait que Dieu l’avait abandonné, oublié, livré à son propre sort.

Comment donc celui qui pensait qu’il y avait une fissure entre lui et Dieu, qui pensait que la bénédiction de l’Éternel l’avait abandonnée pouvait il maintenant parler de la sorte ?

Comme je vous l’ai dit plus haut, David n’est pas le seul dans la Bible à avoir connu un épisode dépressif. Plusieurs personnes emblématiques de la Bible ont connu cela. Je peux citer entres autres Job, Élie et Jérémie (liste non exhaustive). Êtes vous suppris de voir un homme comme Élie dans cette liste? Dieu ne l’a t’il pas utilisé pour accomplir de grands miracles ? Souvenez-vous que parlant de la foi d’élie, la Bible déclare dans Jaques 5:17 « Qu’élie était un homme de la même nature que nous». C’est donc parce qu’il était comme nous qu’il a pu être aussi sujet à la dépression. C’est parce qu’il était un homme comme nous qu’il demanda à Dieu la mort parce qu’il n’en pouvait plus : « (…)C’est assez! Maintenant, Eternel, prends mon âme, (…)» 1Rois 19:4 LSG. Jérémie lui, écrira même toute son affliction dans les lamentations de Jérémie. Il ira jusqu’à faire un lien entre sa situation et l’absinthe et le poison. Comme David, son âme a été aussi fortement abattue. En faisant un parallèle entre ce Psaume 13 et les Lamentations de Jérémie, j’ai constaté qu’à un certain moment, comme David, le discours de Jérémie avait radicalement changé. Nous pouvons voir cela dans Lamentations 3. Jusqu’au verset 21 de ce chapitre, nous percevons pratiquement la même attitude que l’on a noté chez David dans les premiers versets du Psaumes 13 chez Jérémie. Puis comme David, au verset 6 du Psaume 13, le discours de Jérémie change radicalement.

Voyons un peu cela : «Voici ce que je veux repasser en mon cœur, Ce qui me donnera de l’espérance. Les bontés de l’Éternel ne sont pas épuisées, Ses compassions ne sont pas à leur terme; Elles se renouvellent chaque matin. Oh! Que ta fidélité est grande!» Lamentations 3:21-23 LSG

Je vous avais dit précédemment que dans les moments difficiles, la plus grande bataille se joue dans les pensées. J’avais aussi souligné que la dépression n’était rien d’autre que le fruit de multiples oppressions qui ont lieu au niveau des pensées. Quand Jérémie dit « Voici ce que je veux repasser en mon coeur », il dit en fait «  voici les pensées que veux accepter »

C’est ce que David a aussi fait à la fin du Psaume 13. Il a décidé de renier les pensées qui lui faisait croire que Dieu l’avait abandonné, c’est pour cette raison que son discours a changé brusquement. Le plus important ce n’est pas l’épreuve en elle même, mais ce qu’elle crée en nous. Vous devez prendre autorité contre ces pensées qui vous font croire que Dieu vous a abandonné, qu’il ne se soucis plus de vous. Ce sont des oppressions démoniaques. Dieu ne vous abandonnera jamais. La Bible déclare: « Une femme oublie-t-elle l’enfant qu’elle allaite? N’a-t-elle pas pitié du fruit de ses entrailles? Quand elle l’oublierait, Moi (L’Éternel) je ne t’oublierai point. Voici, je t’ai gravée sur mes mains; Tes murs sont toujours devant mes yeux.» Ésaïe 49:15-16 LSG

Pour vaincre ces oppressions, vous devez renverser les mauvais raisonnements et rendre captive toute mauvaise pensée.

Paul pouvait dire à ce sujet :« Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l’obéissance de Christ.» 2 Corinthiens 10:5 LSG.

Chaque pensée qui vous fait vous sentir mal, qui vous fait penser que Dieu vous a abandonné, qu’il ne vous aime pas est le fruit d’une oppression démoniaque que vous devez vaincre. Renverser ces mauvais raisonnements et rendre captives ces mauvaises pensées, c’est prendre autorité contre ces raisonnements et ces pensées. Il faut prendre autorité en les chassant et les refusant.

Le nombre impressionnant de suicide qu’il existe dans le monde est lié à ces oppressions démoniaques dans les pensées. Les gens sont oppressés quotidiennement et pensent trouver un échappatoire dans le suicide. Malheureusement, la dépression touche aussi les chrétiens et est souvent prise comme un signe de faiblesse. Si des gens comme David et Jérémie que nous admirons ont connu cela et ont pu s’en sortir, cela veut dire que ce n’est pas une fatalité.

Comme eux, il faut cette prise de conscience qui permet d’indentifier que ces pensées nous détruisent et que nous devons nous lever contres elles. L’état de Jérémie a changé dès qu’il a pris autorité contre ces pensées qui abattaient son âme.

Une chose est certaine, il arrive des problèmes à tout le monde et c’est normal car il y a un temps pour toute chose. Cependant, ne laissez pas le voleur (le diable) voler votre paix et votre joie. C’est lui qui vous opprime à travers ces pensées. Levez-vous et prenez autorité contre lui.Peu importe ce que vous vivez, Dieu vous aime et ne vous a pas abandonné.

Il ne s’agit donc pas de jusques à quand, Dieu laissera perdurer la situation mais de jusques à quand, vous laisserez le diable utiliser cette situation pour vous faire du mal.

Ainsi parle, L’Éternel votre Dieu: «Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde.» Jean 16:33 LSG

Servi par Israël N’Kecet Achiro.


Si ce document vous a aidé, partager le également avec votre prochain cela lui fera énormément du bien.

N’oublié surtout pas de rester connecté (e) a CHALLENGE sur: IG @challenge_ministries / Whatsapp: +225 47855131/ Youtube: Challenge Channel/Souveraine Amoako / ou au mail rattaché a notre site: www.challengeministry.org  

Comment Vivre La Joie Au Quotidien
La joie est un état d'esprit, elle est une décision personnelle. Tu es en toi la capacité de décider d’être en joie aujourd'hui et pour toujours.
Décider de dédier sa vie à Dieu
Dédié sa vie à Dieu équivaut à un service sans limite comme Jésus lui-même nous l’apprend. En toutes choses, à être prêt à donner sa vie pour ses amis (frères,sœurs, familles, entourage, voisinage etc.) Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Jean 15 :1.3Aujourd’hui au travers de cet article, je te challenge à décider de dédier ta vie à Dieu,ce sont 3 D à ne jamais oublier. Servi par Souveraine Amoako
L’amour VS Sentiment
Plusieurs confondent le mot ‘amour’ avec celui de ‘sentiment’. L'on ressent un / des sentiment (s) lorsqu’on échange,...
YouTube